Make your own free website on Tripod.com

Le sauvetage des juifs 1941-1944 (Paul et Suzanne Haering)

Suzanne mon épouse.

Carmaux 1942
Paul Haering raconte "Un beau matin de mai 1941..."
Suzanne mon épouse
Photos d'époque (Carmaux)
Autres photos d'époque...
Extrait du dictionnaire des Justes
Mémorial Jérusalem (Photos)
Témoignage d'Albert Delord
Témoignage de Judith Konowaloff
Témoignage d'Albert Kenigsberg
Témoignage de Françoise Cavalier
Témoignage de Jacques Klajnerman
Le couple Ribas
Rafle à Carmaux - Août 1942 !
Articles de journaux
Liens
Contact

 

"Ni Suzanne, ni moi ne nous sommes pris pour des héros, mais nous avons tout simplement fait notre devoir avec crainte et tremblement."

PAUL ET SUZANNE LE JOUR DE LEUR MARIAGE (CARMAUX)
mariage_paul-haering_suzanne-alric_1942_carmaux.jpg
PHOTO HAUT A DROITE : PIERRE B. ET MADELEINE ALRIC (SOEUR DE SUZANNE).

 
J'ai connu Suzanne et sa soeur Madeleine au temple. En effet, bien qu'étant de famille catholique elles préféraient les protestants.
Suzanne est entrée aux éclaireuses ainsi que sa soeur. La maman, madame Alric, tenait une petite épicerie et le papa était contremaître dans une usine d'électricité à Albi (17 km de Carmaux). Tous deux ont caché une fillette du nom de Marylou Rosencwayg (avec laquelle nous sommes resté en relation).

Suzanne et moi nous sommes mariés le 29 octobre 1942 à Carmaux, après cela, Suzanne nous a secondé dans toutes nos activités clandestines avec une très grande discrétion et beaucoup d'efficacité !

Malheureusement, les premiers témoignages reçus ne la mentionnaient pas, mis à part celui de notre ami Albert Delord. J'aurais dû, à cette époque 'revoir la copie'... mais j'étais passablement troublé par un cancer du larynx qui venait de se déclarer et je suivais un traitement éprouvant.

Sans l'avoir dit explicitement, Suzanne aurait aimé être associée à la reconnaissance du peuple Juif.
Depuis le 'départ' de mon épouse en décembre 1994, j'ai sans cesse vécu ce regret, aussi, ai-je fait le nécessaire pour que, malheureusement à titre posthume, la reconnaissance du peuple Juif lui soit comme à moi, accordée.

Ni Suzanne, ni moi ne nous sommes pris pour des héros, mais nous avons tout simplement fait notre devoir avec "crainte et tremblement" parfois, mais après bien des années, nous sommes heureux d'avoir su choisir la bonne attitude. Si cette attitude est reconnue publiquement aujourd'hui c'est tant mieux, car elle peut alors servir d'exemple (dans une certaine mesure).
Tous ceux qui ont participé au sauvetage de Juifs et autres personnes recherchées par les Nazis ne peuvent oublier cette époque... c'est comme si tous ces évènements dataient d'hier.
De plus, nous sommes tous restés sensibles à l'injustice et la pauvreté, cherchant constament à aider ceux qui pouvaient avoir besoin de nous (même s'il est arrivé que l'une ou l'autre fois nous nous soyons fait berner par certains !).
 
Paul Haering 

Medaille-Juste-Suzanne-Haering.jpg
LA MEDAILLE DES JUSTES DE SUZANNE HAERING

yadvashem.jpg