Make your own free website on Tripod.com

Le sauvetage des juifs 1941-1944 (Paul et Suzanne Haering)

Jacques Klajnerman témoigne

Carmaux 1942
Paul Haering raconte "Un beau matin de mai 1941..."
Suzanne mon épouse
Photos d'époque (Carmaux)
Autres photos d'époque...
Extrait du dictionnaire des Justes
Mémorial Jérusalem (Photos)
Témoignage d'Albert Delord
Témoignage de Judith Konowaloff
Témoignage d'Albert Kenigsberg
Témoignage de Françoise Cavalier
Témoignage de Jacques Klajnerman
Le couple Ribas
Rafle à Carmaux - Août 1942 !
Articles de journaux
Liens
Contact

 
"Pour ne pas nous faire remarquer, nous allions tous les dimanches à la messe au temple protestant de Carmaux."

jacques-klajnerman.jpg
JACQUES KLAJNERMAN (2005)


Je suis né le 17 février 1936 dans une famille juive, émigrée de Pologne.

Mon père est venu en France fin 1930 pour fuir l'antisémitisme polonais et la crise économique. Il est arrivé à Nancy et à commencé à travailler comme tailleur d'habits. Ma mère est venue le rejoindre en 1931.

Je suppose qu'ils vécurent heureux jusqu'à la guerre; ma grand-mère maternelle était venue en France fin 1938 pour aider ma mère lors de la naissance de mon frère en janvier 1939.

Au moment de la déclaration de la guerre mon père s'est engagé dans l'armée française; il a combattu dans la légion étrangère, étant polonais. Il a dû bien se comporter, il a eu la médaille du combattant et a été cité à l'ordre de son régiment. IL fût fait prisonnier.

Nous fûmes évacués sur Toulouse par les autorités françaises. Mon père s'est évadé et nous a rejoint. Après Toulouse nous avons élu résidence, à quinze kilomètres, à Bruguières où mon père a été pris par un gendarme français pour être amené pour le travail obligatoire, près de Marseille; de là il fut amené à Drancy et déporté le 15 mai 1944 par le convoi 73.



MASSIP, PERIODE DE DEC.42 A AOUT 43.

Suite aux rafles dans la région, ma mère a voulu nous cacher, et grâce à un réseau de Monseigneur nous nous sommes retrouvés, mon frère, des cousins et moi dans l'institution religieuse dirigée par mesdames Bergon et Roques (Justes français). Il s'agissait alors d'une école religieuse qui enseignait exclusivement aux filles. Nous fûmes les premiers garçons à y rentrer.

La vie n'y était pas facile mais c'était la guerre et nous étions en sécurité. Les directrices faisaient tout pour que nous y soyons le mieux possible. Nous allions à la messe, étudions le cathéchisme; il fallait être comme les autres enfants. Mais nous n'avons jamais communiqué notre identité.
 

CARMAUX, PERIODE D'AVRIL 44 A AOUT 44.

Mon père est pris pour le travail obligatoire en septembre 1943. Ma mère, seule, se débrouille tant bien que mal pour nous faire vivre, nous quatre, elle, les enfants et sa mère. Comment mon frère et moi nous sommes à Carmaux, je ne sais pas; Nous sommes cachés dans une famille de résistants grâce au réseau du pasteur Paul Haering et sa femme (Justes français). Pour ne pas nous faire remarquer, nous allons tous les dimanches à la messe au temple protestant de Carmaux.

Au moment des vacances scolaires nous avons campé sur les terres du château de Lautrec (appartenant à la famille Toulouse-Lautrec). La vie y était plus facile qu'en ville.

Août 44, la région étant libérée, ma mère est venue nous chercher. Mon père a disparu en déportation. Nous avons attendu son retour un certain temps à Bruguières et ensuite nous sommes retournés à Nancy. La vie n'y fut pas facile mais nous nous en sommes sortis.

C'est maintenant que je mesure tous les dangers que des inconnus ont pris pour nous sauver la vie et en faisant prendre ces risques à leur famille.

Je leur en serai reconnaissant jusqu'à la fin de mes jours pour m'avoir permis de fonder une famille et de connaître les joies familliales.



Jacques Klajnerman
Metz, le 29 novembre 2005